Caroline est notre nouvelle chargée de projet REREB (Resilient Retail for Brussels). Basés sur les principes de recherche participative et de co-création, le projet REREB a pour objectif d’augmenter la résilience des commerces à Bruxelles.

Lire la suite…

com_conferences2

Dur dur de garder la tête hors de l’eau en faisant du commerce. Mon chiffre d’affaire couvrira-il mes frais ? Ai-je bien réfléchi à mes heures et jours d’ouverture ? Ou dois-je plutôt renforcer ma présence en ligne ? Du 29 mai au 19 juin, dans le cadre d’un cycle gratuit de trois soirées de conférences-débats, venez discuter rentabilité !

La soirée du 29 mai prochain, animée par Claude Boffa (ingénieur commercial et professeur en marketing à l’école de commerce Solvay), est la première de trois conférences-débats axées sur la rentabilité et la création d’une marge permettant le maintien de l’activité commerciale et la rémunération du commerçant.

Lors de chaque soirée, un expert invité posera le cadre de la discussion avant de co-animer le débat. De quoi répondre à vos questions ou … en susciter de nouvelles.

Ces moments de réflexion s’inscrivent dans le cadre du projet « Resilient Retail for Brussels ». Porté conjointement par l’asbl Groupe One, l’IGEAT-ULB et Atrium.Brussels, l’objectif du projet REREB est de rendre le commerce de la Région bruxelloise plus fort et de développer des solutions innovantes pour ses commerçants. Comment ? En cernant vos difficultés quotidiennes.

C’est là que vous intervenez ! Par le biais de discussions, d’ateliers, vous ferez valoir votre expertise et votre avis sur les thématiques proposées. Vous souhaitez changer la donne commerciale ? Rendez-vous au Quai du Commerce (Bruxelles) les lundis 29 mai, 12 et 19 juin, de 18 à 20h!

>> S’inscrire aux ateliers : http://atrium.brussels

>> Plus d’informations sur le projet REREB : www.groupeone.be/rereb

Marie Cors - Medaillon


Le challenge

Après une thèse en sciences de l’environnement, Marie, géologue de formation, commence à travailler à la Fédération Inter-Environnement Wallonie. Après dix ans, elle se rend compte qu’agir au niveau politique prend du temps. Pour Marie, les choses n’avancent pas assez vite alors que la dégradation de l’environnement et de la santé, elle, n’attend pas.  En Wallonie, on estime que les sols de 17 000 sites sont potentiellement pollués. Certains polluants présents dans ces sols peuvent se retrouver dans l’air, et par conséquent être respirés par les riverains. Préserver la santé des habitants tout en recyclant les terrains industriels est le challenge auquel Marie entend contribuer. Lire la suite…